Achille Grimaud

Conteur

« La pratique de l’art exige de ne pas savoir ce que l’on fait au moment où on le fait » Alexandre Alexeieff

Achille Grimaud est conteur.

En 1999, il entame l’écriture de son premier seul en scène. Le spectacle, Passage souterrain(un récitalde contes du quotidien ou le destin banal des personnages bascule soudainement), voit le jour au festival Mythos à Rennes en mars 2001. Dès lors, Achille Grimaud arpente les planches de nombreux
théâtres. Il est invité à participer aux événements autour des arts de la Parole en France et à l’étranger, et rejoint rapidement le premier rang d’une nouvelle génération de raconteurs d’histoires.

Sa démarche artistique se veut transversale. Elle est atypique. Son goût de l’expérimentation le conduit à une collaboration fructueuse avec le metteur en scène Serge Boullier (Bouffou Théâtre) autour d’un projet à destination du jeune public, Derrière le préau, ou encore avec le chanteur Carlos Mosai, à
l’occasion d’une folle rencontre entre récits déjantés et chansons décalées, Bloc opératoire 42.

Au printemps 2005, il livre une nouvelle création Exit : un conte fantastique et un récit initiatique sur les angoisses d’un homme seul face à son destin. En 2006, il renoue avec ses premières amours, et crée avec la complicité de Gaële Flao (Plasticienne), Le Rire du roi, une partition à quatre mains qui mêle récit et film d’animation. C’est à la suite de ce projet qu’il se lance dans l’aventure de Numéro 1 Oblige, en collaboration avec Gaële Flao et Benjamin Flao (pour la création graphique), et avec Fanch Jouannic (musicien sur scène).

En 2010, Achille Grimaud manifeste son envie de produire de nouveaux projets, de les ancrer sur le territoire, de multiplier les collaborations dans des petites formes. Cette même année, il prend la direction artistique de l’exposition Elles courent, elles courent les histoires, au Manoir de Kernault. L’année suivante, il propose de revisiter à sa façon, l’origine et l’histoire des châteaux avec Châteaux imaginaires, une exposition au Château de Suscinio. L’année 2011 est également l’année de la rencontre avec Sergio Grondin et François Lavallée, et le début de l’aventure du Cabaret de l’impossible, l’histoire singulière de trois conteurs d’une même génération et acteurs de leur propre
fiction.

En 2012, sur une commande du Théâtre Le Strapontin et de l’Atelier d’Estienne (Pont-Scorff), Achille
Grimaud écrit et met en scène l’Art contemporain raconté à ma fille.

Il retrouve Carlos Mosai avec Le Début des haricots, puis il crée Le Braz et autres Bretagnes, et Sinon tapez dièse, une forme revisitée du récital de contes qui passe au crible les professionnels de l’oralité.
En 2014, Tête dans la toile est un spectacle qui revisite en musique et par le récit des chefs d’oeuvre du cinéma d’animation, et avec la création de Ligne de mireen 2015, il affiche toujours plus clairement son goût du cinéma et l’influence de ce dernier dans son travail de conteur. Cette orientation se confirme avec la création, en 2017, de Western.

En 2016 et 2017, il écrit une pièce radiophonique, Les Compagnons de la Peur (trois épisodes co-écrits avec Anne Marcel).

En 2018, il va créer une forme courte, articulant récit et cinéma : au coeur d’un dispositif de projection, le conteur interagira avec les personnages d’un Western.